Transformation, remèdes et description du vampire

Crédit photo Philip Burne-Jones, 1897. Le Vampire
Si nous avons vu les témoignages et les origines du vampirisme, voyons un peu maintenant ce qu'il est, sa description et la façon de le combattre. Même s'il est présent dans différentes régions du monde certains points communs demeures, c'est peut-être ceux qu'il faut prendre en compte si le mythe s'avérait exact. On le décrit aujourd'hui comme un démon se nourrissant de sang humain pour vivre, ou pour transformer à son tour une personne en être immortel. Il cherche la continuité de son immortalité en faisant du sang un élixir de vie et/ou pour empêcher la vieillesse classique propre à chacun d'entre nous. La morsure, l'endroit et la forme pointue des dents fait de lui une créature reconnaissable. Ce sont des éléments qui n'ont jamais été dissocié des récits vampiriques modernes.

Le vampire est connu pour interagir la nuit et le lien avec son cercueil d'origine perdure, pour y dormir ou s'y cacher. Il est dit aussi, même si c'est moins répondu dans les récits modernes, que le vampire est capable de manger sa propre chair et celle des êtres humains qu'il désigne. Dans mes lectures, on parle beaucoup de vampires revenant et/ou naissant lors de batailles. Ils mentionnent également que les buveurs de sang sont habillé d'un linceul ce qui semble logique, puisque à l'époque les cadavres étaient enfermés dans des draps et non dans des tombes au départ. Leur but, une fois transformé, était de visiter d'abord leur proche n'acceptant par la mort et la perte de celles et ceux qu'ils aimaient.  D'autres symptômes et traits d'apparences moins populaires ont été suggéré ou retenus concernant la transformation des vampires. À une époque, on prétendait qu'ils pouvaient avoir une peau violacée suite à leur consommation de sang alors qu'au cinéma ils étaient représentés comme pales, à la peau presque blanche dans certains cas. La présence d'un vampire était suggéré quand des morts étaient retrouvés au même endroit et qu'ils se décomposaient de façon étrange, en particulier par le manque de sang dans le corps bien entendu. Au Moyen Âge, quand les tombeaux étaient ouverts et que du sang était sur le corps, qui ne se décomposait plus au bout d'un certain temps, il était considéré comme un éventuel cas de vampirisme et c'était au fossoyeur de faire le nécessaire.

On disait que certains vampires pouvaient faire bouger des objets comme les esprits. Aujourd'hui on qualifierait ce point de capacités télékinétiques. Dans le mythe, les vampires en fonction de leurs anciennetés, n'ont pas tous le même degrés de pouvoir qui sont plus ou moins forts en fonction de leur longévité. On dit aujourd'hui qu'il peut se changer en animal tel que le loup, le papillon ou la chauve-souris par exemple, alors qu'en Chine il serait question de la possible transformation d'un chat en créature de la nuit. Toutes ses idées animalières ne semblent pas fondées et basées sur des superstitions ajoutées de l'époque. Le côté charmeur du vampire aurait été inventé au cinéma ainsi que sa capacité à lire dans les pensées. De toutes évidences il a revêti des pouvoirs plus élevés avec le temps et l'imagination humaine, en lui enlevant même parfois son côté démoniaque par désir enfoui d'une vie éternelle ou d'une existence moins terne.

Pour lutter contre un vampire il faut veiller aux trois phases initiales qui ne se combattent pas de la même façon. Le moment où il se transforme, le jeune vampire qui vient d'être mordu et qui vient donc de naître, et celui ou il est pleinement vampire avec les capacités qui lui serait propre. D'une façon ou d'une autre le pieu dans le cœur et l'incinération sont resté des classiques pour le supprimer. Une autre méthode moins connue consiste à placer des objets pointus dans la tombe afin que le vampire s'y blesse au moment de sortir, ce qui rappelle un peu la méthode de suppression des " vrykolakas" qui sont, chez les Roumains, des zombies. Un autre moyen de les éviter consiste à placer des graines de pavots ou de millet autour de la tombe afin d’inciter le vampire à les compter, attirer par ces graines il ne penserait plus à mordre. Cette dernière méthode ne se retrouve pas fréquemment mais il était bon de la noter étant donné la façon répandue au moyen Âge d'utiliser ce stratagème. En Allemagne et dans les pays slaves, la décapitation est restée encrée également et la tête est placée entre les jambes. En 2006, près de Venise, un corps datant du 16ième siècles a été découvert avec une brique dans la mâchoire qui n'était autre qu'un rituel qui empêchait le défunt de revenir transformé en vampire. Ces derniers fait furent confirmés par des archéologues.

Des objets auraient aussi le pouvoir de faire reculer la créature telle que le crucifix ou des talismans particuliers confectionné avec de la fleur d'ail. Beaucoup parlent uniquement de la gousse alors que la plante complète pourrait s'avérer efficace, leur odeur étant insupportable pour un vampire. Le rosier sauvage et la verveine seraient efficaces également mais l’aubépine l'est encore plus, surtout en Europe ou leur réputation n'est plus à faire. En Amérique du sud, c'est l'aloès vera qui est accroché à la porte d'entrée afin de les faire reculer alors qu'un peu partout dans le monde, la moutarde aspergée sur le sol serait aussi un traitement efficace. Le bois de fresne en Russie et le chêne en Silésie seraient le bois de destruction des vampires. J'imagine donc que les talismans se forgent à partir de ces matières naturelles. L'eau bénite possède la réputation de les brûler légèrement, au moins pour les faire fuir, alors qu'ils seraient incapables d'entrer dans un lieu sacré tel qu'une église ou un temple. Le fait que le vampire ne puisse pas se voir dans le miroir pour le reste du monde n'est pas aussi archivé qu'on pourrait le penser et l'idée reste très ressente. Il serait question d'une invention cinématographique autant que l'idée qu'il soit calciné au soleil, provenant du film muet "Nosferatu le vampire"sorti en 1922. En réalité, la lumière le générait mais ne le tuerait pas et n'empêcherait pas ses activités en plein jour. Nous savons qu'en sorcellerie les carrefours sont des endroits importants, c'est aussi dans ses endroits qu'il faudrait enterrer un vampire afin d'avoir raison de lui. Cette pratique se voyait déjà dans les années 1590. En Roumanie, il était important d’exécuter un vampire à l'aube.

Accueil du dossier vampirique du moyen-âge au monde moderne

© P.Alexandra pour Alliance occulte - 11/12/2018. Toutes reproductions est interdite sans l'accord de l'auteur. Consultez les mentions légales du site, merci.

1 commentaire: