Mythe ou malédiction des dieux ? Le véritable visage des marmaids et des sirènes

Crédit photo Villy Fink Isaksen. Peinture d'Elisabeth Jerichau-Baumann de 1873
Une sirène est une créature décrite comme mi-femme et mi-poisson, mais ses véritables origines ont été oubliées au profit du conte pour enfants ou d'histoires romanesques vers  1835 par l'intermédiaire de la littérature. Il existe pourtant deux sortes de sirènes qui ont d'abord été confondue, puis mélangée, pour créer une légende inexistante aux dépens de leurs véritables identités et ceci même au cinéma. Les Anglais ont, quant à eux, trouvés le moyen de les différencier en leur donnant un nom différent. Les sirènes sont appelées des "siren" quand elles sont semblables à des êtres mi-femmes et mi-oiseau alors que lorsqu'elles sont décrites comme des créatures avec une queue-de-poisson elles se nomment des "mermaid".

L'une est issue des croyances scandinaves et s'appelle, dans cette région, une "Margygr" traduite par "géante de mer". Elle est un monstre puissant qui serait grand et plutôt effrayant. C'est au 7ième siècles qu'un moine va la décrire comme une jeune femme, pucelle, aux cheveux magnifiques et couverts d'écailles. Ce mythe retire les ailes qu'elle possède à l'origine et continuera de s'étendre jusqu'au 15ième siècles ou son habitat serait dans les profondeurs des grottes des mers et des océans. Pourtant, elle est mentionnée dans des bestiaires médiévaux qui la décrivent avec de longues griffes et des ailes mais aussi avec une queue-de-poisson. Elles étaient invoquées à l'approche de la mort de quelqu'un et leur visage était gravé sur des tombeaux de l'époque. Elles ont parfois été reliées à l'Égypte ancienne à cause de ces rituels de deuil. Elles étaient souvent dessinée ou sculptée avec un miroir et un peigne ce qui explique peut-être pourquoi elle a été associée à quelques histoires d'amour alors que d'autres pensent peut-être qu'elle serait un autre visage d'Aphrodite, déesse de l'amour et de la sexualité. Chez les Celtes, elle enlève les enfants par des stratagèmes de charme mais elle est aussi connue dans d'autres cultures et ne revêt pas un visage entièrement positif non plus. Elle serait la mère de la mer elle-même dans le vaudou, et serait appelée pour aider à la fécondité mais serait aussi crainte par les pêcheurs car elle peut déclencher la grande colère des océans et devient alors destructrice. Cette Déesse est très respectée, là-bas, et sous forme de mermaid se fait appeler "Mami Wata".

Pour les sirènes mi-femme et mi-oiseau, l'origine est différente et réside dans la mythologie grecque. Les sirènes sont toujours des créatures marines mais ne revêtissent pas le même aspect. Dans ce cas présent on parle souvent de chimère même si je garde une certaine retenue quant à cette appellation suite à l’article que je vous ai posté sur la véritable chimère. Selon Homère, poète du 8ième siècles avant Jésus-Christ qui aurait écrit l'Iliade et l'Odyssée, les sirènes avaient des capacités musicales exceptionnelles et pouvaient attirer les marins vers elles grâce à leurs chants et leur instrument tel qu'une flûte par exemple. Une fois qu'ils approchaient assez près grâce à leurs voix magiques elles les faisaient chavirer pour les dévorer. Elles étaient parfois représentées étant assises sur des tas d'os, vestiges de leur repas. Étant donné l'origine de ces créatures dans l’odyssée, on comprend mieux la représentation du dieu Poséidon accolé à la petite sirène de Walt Disney. À ce stade la confusion entre les mermaid et les sirènes est énorme.

Pour les Romains, elles ont un lien avec les enfers puisque à l'origine elles étaient humaines et furent punis d'avoir laissé Hadès emmener Perséphone aux enfers, ce qui explique la forme qu'elles prirent ensuite. Dans d'autres récits leurs éventuels liens avec Aphrodite serait dû à leur refus de donner leur virginité à un Dieu, elles furent punis après et transformé en femme-oiseau. Un autre mythe de la même époque explique que les sirènes défièrent les muses avec leurs chants et que comme elles perdirent, les muses exigèrent des couronnes avec des plumes de sirènes ce qui les envoya au fond des mers et les priva du pouvoir de voler. La légende des sirènes autour de l’Odyssée n'est pas claire et vous constaterez que les hypothèses de l'époque sont multiples. Il semble que dans ces croyances, seul Ulysse put résister aux chants des sirènes car il les poussa au suicide après avoir fait couler de la cire dans les oreilles de ses marins. Leurs chants n'ayant pas opéré elles furent vaincus.

Les Grecs nous expliquaient qu'il n'existait que trois sirènes seulement, l'une joue de la lyre, et une autre pratique la flûte pendant que la troisième chante. Elles portent le nom de Leucosie, Ligie et Parthénope. Aristote prétendait que Leucosie, nom traduit par "celle qui a un visage de jeune fille", était fille de Dieu et sœur de Ligie qui était aussi une sirène et don le nom se traduit quant à lui par "celle qui pousse un cri perçant" ou "qui a une voix claire ou aiguë". Leur habitat se trouvait en Italie et de nombreux sacrifices avaient lieu pour les vénérer. Le nom de Ligi se prononce aussi "Ligée" ce qui explique pourquoi dans les sources il peut arriver que les informations soient trouvée moins rapidement là concernant, l’orthographe et la prononciation de son prénom étant changeant. Parthénope fut celle qui tomba amoureuse d'Ulysse mais qui connut un rejet et qui, ne l'acceptant pas, se jeta avec ses deux sœurs à la mer. C'est peut-être cette partie de l'histoire qui donnera lieu ensuite au mythe de la mermaid, sirène mi-femme et mi-poisson, même si Aristote décrivait les sirènes comme des femmes humaines sans parties animales. De véritables recherches ont été effectués pour retrouver la tombe de Parthénope sans succès. Certains prétendent qu'elle aurait pu être enterrée près de l'église de San Giovanni Mariggiore, à Naples, où elle symbolise virginité, chant et mort. Il reste quelques vases exposés dans des musées, qui sont antérieures au 3ième siècles avant Jésus-Christ, et où les sirènes apparaissent comme des oiseaux avec une tête de femme.

Certains témoignages relatent pourtant la présence de différentes mermaids.  Christophe Colomb en aurait vu trois près des côtes de Saint-Domingue en 1493 en stipulant qu'elles n'étaient pas aussi jolies que dans les histoires, des marins en auraient vu à Hawaï en 1850 et une autre aurait été ressemant filmé par hasard sur un rocher fuyant très rapidement au fond des eaux. Quelque soi la forme qu'elle prend, la sirène reste très marquée dans l'histoire et ses mystères sont aujourd'hui entier.

© P.Alexandra pour Alliance occulte - 08/12/2018. Toutes reproductions est interdite sans l'accord de l'auteur. Consultez les mentions légales du site, merci.

4 commentaires:

  1. non mais toi tu casse tous les mythe pourris en + je me suis renseigné c vrai ce que t'écrit t trop forte merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  2. Τhhis type of knife is mostlү designed foor stabbing.

    RépondreSupprimer
  3. super lecture alex merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  4. g apris plein de trucs merci

    RépondreSupprimer