Origines des Sabbats et de leur diabolisation

Les fêtes de Sabbats étaient très appréciées et appelées "bonesozes" ou "bensozia" en Italie, termes qui veulent dire "bonne chose". Ces fêtes avaient un caractère extrêmement positif au moyen Âge jusqu'à l'inquisition Espagnole  vers 1460 ou là, elles prirent un autre sens. Les clichés que nous connaissons aujourd'hui commencèrent peu à peu car les chrétiens avaient déjà "préparé le terrain" dans les années 1400. Le nez pointu, les balais qui leur serviraient à voler, les boutons sur le visage, etc. Tout ça nous viens aussi d'une guerre de religion entre Juifs et chrétiens, justement, ou les sorcières se trouvèrent prises à parti. Les chrétiens eux mêmes allaient jusqu'à prétendre qu'elles se mettaient obligatoirement des crèmes sur le corps fait de chair d'enfants sacrifiés pour des rituels, qu'elles priaient obligatoirement le diable et qu'elles étaient ses épouses, que la sorcière allait forcément piétiner le christianisme et forniquer puis, "danser" avec Satan. À l'époque, le seul vrai problème pour les religieux était qu'elles ne prient pas pour leur Dieu tout comme les Juifs, qui furent attaqués avec elles.

Le mot "sabbat" n'est donc pas un synonyme de "messe noire" comme on peut parfois l'entendre, ou le lire sur le web. Il est inspiré du mot "Chabbat", fête juive  très peu appréciée des autorités chrétiennes de l'époque, qui décidèrent d'en faire un dérivé linguistique pour décrire les réunions de célébration de ces femmes. Ils purent ainsi les confondre avec les événements et les mêler aux querelles. Pour ce faire, ces fervents croyants qui souhaitaient le monopole finirent par caricaturer les sorcières en même temps que les Juifs. Ceci donnera lieu à l'image que l'ont voit un peu partout pour représenter une sorcière, dans une forme plus glauque, le but étant de convaincre qu'elles étaient un être du diable et qu'elles avaient un visage à son image. Vers 1420,  Bernardin de Sienne soutenait lui aussi ces événements discriminatoires et a joué un très grand rôle dans les clichés qui leur ont été imposés, à elles et aux sabbats. Il fut connu pour son "bûcher des vanités" ou il brûla leurs affaires : Bijoux, vêtements, paroles de chansons non religieuses, produit de beauté. Fervent Catholique, il voulait aussi leur fin mais elles continueront au travers des siècles, cachées. En 1810, l'antisémitisme perdurera au travers des livres d'enfants écrits par les frères Grimm. L'historien Jules Michelet leur consacra un livre en 1862 pour les réhabiliter mais sans résultat, il sera même montré du doigt. Ce sont les mouvements féministes des années 1970 qui feront bouger un peu les choses où quelques-unes pourront pratiquer leur culte un peu plus librement.

En fonction du lieu, des intentions et de la tradition, les Sabbat se célèbrent différemment. Dans un désert assis sur une pierre ou dans le sable, près d'une fontaine, dans une forêt ou au pied d'un arbre, au sommet d'une montagne ou sur des rochers, sur un lieu marqué par l'histoire, beaucoup de cas de figure se présentent mais ils se fêtent dans la nature la plupart du temps. Quand cela n'est pas possible à notre époque, un lieu replié suffit.  Au Moyen Âge, on trouvait beaucoup de danses animées avec des lances de feu, cela se voit peut-être un peu moins maintenant. Les réunions peuvent être basées sur l'échange et la méditation, la concentration, et un feu de joie peut y être installé. Beaucoup de Chamans et de sorcières ont laissé des traces au travers des époques et ces célébrations n'ont pas lieu n'importe quand et pour n'importe quelles raisons.

Les équinoxes et les solstices sont au nombre de quatre et d'autres prières ont lieu dans l'année, qui est au nombre de quatre également. Contrairement aux idées reçues, ces célébrations ne sont pas non plus empruntées au christianisme mais aux Celtiques et/ou Païens. Yules, Imbolc, Ostara, Beltane, Litha, Lughnasadh, Mabon, Samhain, sont les noms qui leur sont donnés. C'est le moment ou les sorcières fêtent le renouveau des saisons et rend hommage à la vie, à la nature. Elles entrent en contact avec les dieux par l'intermédiaire de ce que la terre-mère leur a donnée. Elles augmentent et entretiennent également leurs énergies, honorent leur culture. Les forces vitales sont souvent incarnées par le Dieu cornu, un être à la tête de cerf dont nous avons déjà parlé sur ce blog, aperçu pour la première fois dans "la grotte des trois frères".

Les sabbats ont été très mal décrit pendant longtemps car les seuls qui en parlaient et qui faisaient figure de puissance étaient des croyants qui ne toléraient pas leur différence et refusaient d'y participer. À ce titre, ils ne savaient pas ce qu'il s'y passait et seuls les nombreux témoins externes en firent des histoires à raconter au travers du temps, pour que ne meurt pas complètement la tradition des Sabbat. Comme dans chaque culture et en chaque être humain résident le bien et le mal, les sorcières n'échappent pas à cette règle et peuvent choisir un clan, ou l'autre.

© P.Alexandra pour Alliance occulte - 06/10/2018. Toutes reproductions est interdites sans l'accord de l'auteur. Consultez les mentions légales du site, merci.

2 commentaires:

  1. you're actually a excellent webmaster. The site loading velocity is incredible.
    It kind of feels that you're doing any distinctive trick.
    Also, The contents are masterpiece. you've done a excellent task on this matter!

    RépondreSupprimer
  2. I'd like to thank you for the efforts you have put in penning this
    site. I am hoping to see the same high-grade blog posts by you later on as well.
    In truth, your creative writing abilities has encouraged me to get my
    own, personal blog now ;)

    RépondreSupprimer