Le fantôme de Blanche de Bourbon et les premières lois anti-sorcellerie

Château de Puilaurens, dans l'Aude.
Puilaurens se perche sur une montagne qui nous compte ses mystères. Là-bas, la tour de la dame blanche protège et entretient en son sein, son fantôme. Il est question de Blanche de Bourbon, descendante de Philippe le Bel qui est morte en 1361, assassinée par deux hommes sous l'ordre de son mari. Ils tuèrent aussi ses servantes afin de les faire taire. Une fois que ces hommes furent retrouvés par le roi, un duel fut organisé entre les deux meurtriers et un orage éclata. La foudre tua l'un d'entre eux et ils attribuèrent tous ça a un miracle, à une justice divine. Pendant que le spectre de Blanche ère toujours dans les murs de pierre de Puilaurens, les premières sorcières ont déjà brûlé et les lois avaient déjà été calculées...

Les règles de l'anti-sorcellerie ont été fixées à Saint-Lizier en 1281. À la fin du Moyen Âge, après avoir eu raison des cathares, l'inquisition commença. Ce sont d'autres croyances très anciennes qui serviront de repères négatifs au massacre qui attend les femmes soupçonnées de sorcellerie. Les descendantes du Pays Cathares, filles et petites-filles n'y échapperont pas. La première condamnation au bûcher a eu lieu à Carcassonne, en 1330. La définition de la sorcière par l’évêque Auger de Montfaucon est claire : "des femmes séduites par Satan et complices des démons. Elles sont guidées par des dieux Païens et visitent les morts en gouvernant les enfers". À l'époque, ces propos ne vont leur laisser aucune chance.

Revenir à l'intégralité du dossier

© P.Alexandra pour Alliance occulte - 17/09/2018. Toutes reproductions est interdites sans l'accord de l'auteur. Consultez les mentions légales du site, merci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire